Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/users/j/jeanloup/www/brizon2/ecrire/inc/lang.php on line 32

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/users/j/jeanloup/www/brizon2/ecrire/inc/acces.php on line 38

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/users/j/jeanloup/www/brizon2/ecrire/inc/acces.php on line 39

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/users/j/jeanloup/www/brizon2/ecrire/inc/acces.php on line 40

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/users/j/jeanloup/www/brizon2/ecrire/inc/flock.php on line 60

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home/users/j/jeanloup/www/brizon2/ecrire/inc/texte.php on line 340

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/users/j/jeanloup/www/brizon2/ecrire/inc/texte.php on line 283

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/users/j/jeanloup/www/brizon2/ecrire/inc/texte.php on line 284

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/users/j/jeanloup/www/brizon2/ecrire/inc/texte.php on line 287

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/users/j/jeanloup/www/brizon2/ecrire/inc/texte.php on line 311

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/users/j/jeanloup/www/brizon2/ecrire/inc/texte.php on line 329

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/users/j/jeanloup/www/brizon2/ecrire/inc/texte.php on line 1428

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home/users/j/jeanloup/www/brizon2/ecrire/inc/filtres.php on line 377

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home/users/j/jeanloup/www/brizon2/ecrire/inc/filtres.php on line 378

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/users/j/jeanloup/www/brizon2/ecrire/inc/filtres.php on line 379

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/users/j/jeanloup/www/brizon2/ecrire/inc/texte.php on line 283

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/users/j/jeanloup/www/brizon2/ecrire/inc/texte.php on line 284

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/users/j/jeanloup/www/brizon2/ecrire/inc/texte.php on line 287

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/users/j/jeanloup/www/brizon2/ecrire/inc/texte.php on line 311

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/users/j/jeanloup/www/brizon2/ecrire/inc/texte.php on line 329

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/users/j/jeanloup/www/brizon2/ecrire/inc/filtres.php on line 560

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/users/j/jeanloup/www/brizon2/ecrire/inc/filtres.php on line 561

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/users/j/jeanloup/www/brizon2/ecrire/inc/filtres.php on line 609

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/users/j/jeanloup/www/brizon2/ecrire/inc/filtres.php on line 619

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/users/j/jeanloup/www/brizon2/ecrire/inc/filtres.php on line 560

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/users/j/jeanloup/www/brizon2/ecrire/inc/filtres.php on line 561

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/users/j/jeanloup/www/brizon2/ecrire/inc/filtres.php on line 609

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/users/j/jeanloup/www/brizon2/ecrire/inc/filtres.php on line 619

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/users/j/jeanloup/www/brizon2/ecrire/inc/flock.php on line 60

Deprecated: Function split() is deprecated in /home/users/j/jeanloup/www/brizon2/ecrire/public/composer.php on line 311

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/users/j/jeanloup/www/brizon2/ecrire/inc/texte.php on line 1428

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/users/j/jeanloup/www/brizon2/ecrire/inc/texte.php on line 1428
"Pour la paix immédiate !" : Réponse de l’accusé - brizon.org
brizon.org

Association Laïque des Amis de Pierre Brizon et des Monuments Pacifistes et Républicains de l’Allier

© jll – février 2008


"Pour la paix immédiate !" : Réponse de l’accusé

La réponse de Pierre Brizon à ses accusateurs

mercredi 20 février 2008, par jll

Toutes les versions de cet article :

  • français

A leur retour de la 2ème Conférence internationale socialiste qui s’est tenue à Kienthal (1), en Suisse, du 24 au 30 avril 1916, les trois « pèlerins de Kienthal », Pierre Brizon, Jean-Pierre Raffin-Dugens et Alexandre Blanc, vont être l’objet d’une violente campagne de presse les accusant d’être des « défaitistes », des « traitres », des « espions », « achetés par le gouvernement impérial allemand ».

Quelle va être la réaction des dirigeants majoritaires « jusqu’au-boutistes » du Parti socialiste (SFIO) ? Le 16 mai 1916, l’Humanité fait paraître une résolution de la Commission Administrative Permanente : « la CAP du Parti socialiste, réunie le 9 mai, déclare à l’unanimité que le Parti socialiste n’a donné mandat à aucun de ses membres pour le représenter à la conférence internationale qui s’est tenu dernièrement à Kienthal ». Les dirigeants jusqu’au-boutistes du Parti socialiste n’entendent pas en rester là et « invitent » les trois kienthaliens à comparaître devant la Commission Administrative Permanente. Pierre Brizon répond à cette « invitation » par une lettre à la CAP à laquelle il donne un large écho, puisqu’elle paraît sous le titre Réponse de l’accusé dans Le Populaire du Centre du 15 mai, Le Droit du Peuple le 18 mai,Le Midi socialiste le 21 mai - journaux développant les idées pacifistes de la minorité socialiste - et dans Le Combat social, journal de la Fédération socialiste de l’Allier le 21 mai.

C’est ce document, où l’accusé se transforme en accusateur, que nous reproduisons ici.

« POUR LA PAIX IMMEDIATE ! »

La réponse de Pierre Brizon à ses accusateurs


Réponse de l’accusé

« Je plaide pro domo »

J’ai reçu de Dubreuilh ce petit mot amical :

« La CAP, à sa scéance de mardi 9 mai s’est entretenue de la participation de plusieurs membres du parti à la récente conférence de Kienthal. [...] Elle a décidé d’appeler à sa prochaine réunion les membres du parti ayant participé à la conférence [...] ».

Réponse.

Citoyen, je comparaîtrai sans embarras devant le Tribunal Révolutionnaire. Je demande seulement à Billaud-Varenne glorieux et à Fouquier-Tinville jusqu’au-boutiste de m’accorder un sursis de huitaine pour me permettre de rentrer à Paris et de me rendre à l’audience. Vous avez mis votre « invitation » en termes galants et oublié votre acte d’accusation. Mais, n’est-ce pas ? ce n’est pas pour prendre le café que vous m’« invitez ».

Si c’est un procès d’indiscipline que vous comptez me faire, je n’aurais pas de peine à démontrer que de nous deux, l’indiscipliné, c’est vous. Moi, à Kienthal, j’ai lutté contre ceux qui voulaient fonder une 3ème Internationale. Je suis resté fidèle à la deuxième, créée - côté français - par Jaurès, Jules Guesde, Vaillant et ... Louis Dubreuilh.

Vous au contraire, vous avez rompu avec elle. Depuis la guerre, vous connaissez Poincaré ; vous ne connaissez plus la seconde Internationale, ni son Bureau, ni son Secrétaire.

Je les connais encore, et c’est ce qui vous tue...

Si je suis allé à Kienthal, c’est de votre faute ; c’est parce que vous vous êtes opposé à la réunion du Bureau Socialiste International.

Et qu’ai-je fait là-bas ? Pas autre chose que d’appliquer la décision suivante du Congrès de Stuttgart que vous-même avez signé en 1908 :

« Au cas où la guerre néanmoins éclaterait, c’est le devoir des classes ouvrières de s’entremettre pour la faire cesser promptement ». Est-ce le rôle des socialistes de pousser des hommes au broiement effroyable de la guerre quand « cette guerre, ainsi que vous l’écriviez vous-même à la Conférence de Londres, l’année dernière, est le produit monstrueux des antagonismes qui déchirent la société capitaliste et d’une politique d’impérialisme et de colonialisme dans laquelle tous les Gouvernements ont une part de responsabilité ? »

Je ne suis pas, et un socialiste ne doit pas être, un pouvoyeur des champs de bataille.

Je suis resté dans l’Internationale. Vous êtes tombé dans le nationalisme. Où est le coupable ?

Serait-ce, alors, que vous auriez à nous reprocher, à Raffin-Dugens, à Blanc et à moi et à tous ceux qui sont de coeur avec nous, quelque délit de Doctrine ?

S’il en était ainsi, nous répondrions à l’avance que nous, du moins dans la mesure de nos forces, nous essayons de ne pas faire du Collectivisme pour les morts.

Je paraîtrai donc devant mes juges sans peur - car sans reproche.

Un dernier mot. J’ai lu, dans tous les journaux bourgeois, votre petit désaveu. Il n’est pas mal rédigé. Je n’ai aucune objection contre lui. Pour vous il est de droit et pour moi sans surprise ni gêne. C’est entendu. Vous ne m’aviez donné aucun mandat pour exécuter, en allant à Kienthal, vos propres volontés d’antan. Je ne représentais ni Dubreuilh, ni la CAP, ni nos ministres. Je ne représentais, pour ma part, que 10 000 familles, qu’environ 45 000 socialistes français. A Kienthal, à la Conférence socialiste dans la Montagne, Raffin, Blanc et moi avec Bourderon et Merrheim moralement présents et avec tous ceux qui, secrètement, étaient avec nous, nous étions comme le timide Pressemane et toute la Haute-Vienne et les 960 au dernier Conseil National : nous ne représentions guère que la majorité réelle du prolétariat et du parti socialiste de France. Nous en reparlerons après la guerre, au retour des socialistes des tranchées. Si vous avez hâte d’être renseigné, citoyen, aidez-nous à en finir au plus tôt.

[passage censuré]

Recevez, je vous prie, l’assurance de mes sentiments socialistes pour « la paix immédiate et sans annexions ».

Pierre Brizon

Député de l’Allier, maire de Franchesse

Avocat à la Cour d’appel de Paris, accusé devant le tribunal jusqu’au-boutiste

1er PS : Citoyen Dubreuilh, regardez mieux votre papier à lettre. L’en-tête porte : Parti Socialiste et puis au-dessous en lettres si fines que vous semblez ne plus les voir ou que vous ne savez plus les lire : Section Française de l’Internationale Ouvrière.

2ème PS : Si, par hasard, je manquais le train pour me rendre à l’audience, vous voudriez bien considérer la préssente réponse comme ma plaidoirie, sinon nécessaire, du moins suffisante et - pour que la Haute Cour CAP ne siège pas en vain - prendre ma place au banc des Accusés.

[les passages soulignés en caractères gras le sont par nous]

(1) Voir le « Manifeste de Kienthal », dans cette même rubrique Documents


Espace privé

Plan du site

RSS 2.0 [?]

Site réalisé avec SPIP